Traces Contemporaines

  • Traces de danse

    « Enraciner la danse sur notre territoire pour qu’elle puisse s’élancer vers les hauteurs.

    Se déraciner de notre quotidien pour flirter avec des mondes inattendus imaginés par des chorégraphes inspirés et engagés.

    Tels sont les fondamentaux de l’association Les Traces Contemporaines.

    Osons enfiler notre habit de nomade pour voyager dans des univers artistiques contrastés et pour savourer ce présent suspendu propre au spectacle vivant. »

    Nora Turpault

  • la danse berce la ville de Cahors du 22 au 25 septembre 2016

    Les mots du parrain de cette 9ème édition, le chorégraphe Babacar "Bouba" Cissé/ Cie Les Associés Crew

    En savoir plus

    la danse berce la ville de Cahors du 22 au 25 septembre 2016

    Les mots du parrain de cette 9ème édition, le chorégraphe Babacar "Bouba" Cissé/ Cie Les Associés Crew

    Lors de la magnifique édition 2015 des "traces contemporaines" nous avons partagé le feu sacré. Il continue encore aujourd'hui de nourrir mon envie de partages, d'échanges, et je réponds donc naturellement présent à cette nouvelle invitation de Nora et de son équipe. Un grand honneur pour moi de parrainer de nouveau ce festival des traces contemporaines placé cette fois sous le signe de la métamorphose.

    Les loups dans la ville...

    Chacune de nos expériences de vie nous emmène à évoluer, à changer, et  à perdre quelque chose pour renaître autrement, différent. Nous portons alors de nouveaux masques, de nouvelles identités. Des parts de nous se révèlent pour le meilleur comme pour le pire. C'est autour de cette thématique que nous broderons de nouvelles traces aujourd'hui pour mieux construire demain le vivre ensemble. Je souhaite d'ores et déjà à toutes et à tous un excellent festival qui se présente déjà comme une édition qui a fait peau neuve et qui nous apportera du plaisir et du bonheur, c'est certain. 

     

     

    "La vie est une école de métamorphose. Vivons nos transformations successives comme une danse infinie."

    Nora Turpault Directrice artistique.

    Pour sa 9ème édition, le Festival de danse traces contemporaines ouvre la saison culturelle de Cahors du 22 au 25 septembre 2016. En conjuguant diversité et unité, il propose un ensemble de temps forts : diffusion de spectacles, stages de danse et master classes, conférence, danse dans la ville, apéro concerts, cinéma, et répétitions publiques avec les scolaires…Pendant quatre jours la cité cadurcienne va battre son plein de découvertes artistiques. Cette année, la ligne éditoriale interroge la métamorphose à travers le(s) lien(s) qui sont en jeu entre humanité et animalité. 

     

  • Dansons puisque nous sommes Les Traces fêtes ses 10 ans

    Eloge du corps en mouvement : en 2016, l’association Traces Contemporaines fête ses 10 ans.

    En savoir plus

    Dansons puisque nous sommes Les Traces fêtes ses 10 ans

    Eloge du corps en mouvement : en 2016, l’association Traces Contemporaines fête ses 10 ans.

    "En 2006, Nora a formulé le vœu de participer à la vitalité de sa ville natale en créant les traces contemporaines. Sans totalement imaginer ce que cela serait en 2016, elle était confiante dans l’idée que les actions chorégraphiques portées par l’association, seraient un acte citoyen, à taille humaine, pour véhiculer des messages de valeur. La création artistique est une autre manière de poser un regard sur les questions sociétales qui nous occupent. Nous avons immédiatement soumis la création d’un festival de danse à Cahors aux instances institutionnelles qui l’ont adoptée. Tout au long de l'année des partenariats sont tissés avec des acteurs institutionnels (Adda du Lot, Grand Cahors, Conservatoire d’Art Dramatique, Théâtre de la Ville de Cahors, Oara...) et des acteurs chorégraphiques ( Alain Gonotey/Cie Lullaby, Sabaline Fournier/Espace Dantza, Kassam Baïder, Hamid Ben Mahi/Cie Hors Série ...).

    En créant la compagnie de danse IL Y A en 2011, un nouvel horizon se dessine en matière d’écriture chorégraphique. Cette année, c’est le « Traces Ballet Junior » qui voit le jour. Il est constitué par un groupe de jeunes danseurs engagés et passionnés.

    En 10 ans, nous avons vu les actions menées par l’association, et notamment le festival, se métamorphoser, grandir et trouver une véritable identité sans jamais faillir à l’essentiel : rassembler et réunir des personnes de tous horizons tout en restant authentique, loin du « tape à l’œil ».

    10 ans, les images défilent : Hamid Ben Mahi, Isabelle Suray, Hubert Petit-Phar, Sabaline Fournier et tant d’autres… Des corps qui ont chahuté la scène de l’Espace Caviole, un parvis où une foule de personnes a accueilli chaleureusement les performances programmées. Des stages de danse pleins à craquer où l’on se retrouve, en nage, pour danser.

    10 ans, un ensemble de partenaires et de personnes qui mobilisent leurs bras et leur coeur pour tracter, monter des gradins, préparer les catering, installer les plans feu, décorer le site, accueillir les publics, gérer les replis à l’auditorium quand la météo s’agite…

    En 10 ans, plus de 20 000 personnes ont posé leurs traces en partageant une soirée, un atelier, une conférence….

    Happy Birthday chères traces !

    Marie-Hélène Kraft-Faugère Présidente

    Véronique Bruschet Vice-Présidente

     

     

     

     

     

     

     

  • 24 au 28 septembre à Cahors Festival de danse Traces contemporaine 8ème édition sur la danse et le sacré

    Le temps de la Métamorphose

    En savoir plus

    24 au 28 septembre à Cahors Festival de danse Traces contemporaine 8ème édition sur la danse et le sacré

    Le temps de la Métamorphose

    Tous les jours, nous manipulons (consciemment ou pas) des symboles. Nous faisons ainsi une expérience du sacré. Par l’activité symbolique, nous donnons du sens aux choses qui nous entourent et à ce que nous sommes. Nous utilisons à la fois une pensée logique et rationnelle pour laquelle « une table est une table » et une pensée symbolique par laquelle une chose peut toujours être « autre chose » que ce qu’elle signifie. C’est grâce à cette activité symbolique que nous pouvons parler, écrire, créer, dessiner, danser. « Une rose rouge » peut ainsi vouloir dire « Je t’aime ». Le symbole a cette capacité de signifier « autre chose ». Et cette expérience de tenter d’exprimer le « tout autre » c’est en soi une expérience du sacré.

    La question « La danse et le sacré ? » pose la nouvelle ligne éditoriale de ce prochain festival qui joue sa propre métamorphose : changement de forme, de format, de dates et de lieux. L’enjeu de cette relation ancestrale est de taille. Ce lien présent et énigmatique évoque un certain nombre de mystères que nous tenterons d’approcher par l’intermédiaire des artistes programmés cette année.

    Premier-né de tous les arts, la danse naquit avec la vie. Depuis son apparition, la danse a toujours eu une origine sociale et religieuse. Toutes les civilisations qui nous ont précédés, ont utilisé la danse pour décrire le rythme des saisons, les mystères de la vie et de la mort, l'alternance du jour et de la nuit, du soleil de la Lune.

    8ème édition déjà ! Le chiffre 8 est intéressant puisque symboliquement il incarne l’équilibre entre le corps et l’esprit, entre « recevoir » et « donner ». C’est le chorégraphe Babacar Cissé qui est le parrain et l’invité d’honneur de ces prochaines rencontres chorégraphiques qui vont se décliner selon cinq journées thématiques : « Libre de danser » , « Le sacre des corps en transe » « Puisque nous sommes », « La part sacrée des rêves », et la journée de dimanche 27 septembre entièrement gratuite où il sera bon de venir en famille.

    L’événement du festival, c’est la venue du « Sacre du printemps » selon la version très personnelle de Faizal Zeghoudi. Deux rencontres entre la danse et le chant lyrique vont être également un des temps fort du festival : d’une part la danse urbaine des Associés crew et du Chœur Polifonia Eliane Lavail, d’autre part l’Ensemble vocal Divona et la compagnie IL Y A. Des lieux historiques et sacrés sont investis : des danseurs amateurs évolueront sur le Parvis de la Cathédrale Saint-Etienne. « La Barbacane place Luctérius », relookée pour l’occasion par Babel Gum, devient le « Le village » du festival. Pour rythmer ces cinq jours,  19h30 va sonner l’heure des apéros concerts face à une vue imprenable sur le Lot.

    L’art cinématographique fait aussi son entrée grâce à un partenariat avec le Cinéma ABC et la Médiathèque du Grand Cahors accueillera la conférence de Faizal Zéghoudi sur le Sacre du Printemps.

    L'esprit et l’énergie de ce prochain festival se résument en quelques mots : grâce et dénuement, verticalité et horizontalité, calme et puissance, authenticité et présence. Avec leur force d’expression, les corps des danseurs sont ce point de jonction subtil entre le ciel et la terre. Soyons tabernacle contenant le sacré dans le cœur et ouvrons-le au monde pour entraîner nos semblables dans une danse collective

    Nora Turpault Chorégraphe et Directrice artistique

     

  • COURS RELAXATION/RESSENTIS/ STRETCHING

    « Un temps pour soi. Au cœur du corps »

    En savoir plus

    COURS RELAXATION/RESSENTIS/ STRETCHING

    « Un temps pour soi. Au cœur du corps »

    Notre corps est une matière vivante, à la fois psychique, organique et énergétique. Dans ces séances, Nora Turpault réunit ses expériences pédagogiques en mettant en synergie des techniques de relaxation et de lâcher-prise  associées à du stretching, de la barre à terre et à du renforcement musculaire. Idéal pour identifier puis pour libérer les tensions, cet atelier fait circuler l’énergie vitale. Il permet de connecter son centre et son alignement et d’être à l’écoute de son propre ressenti. Sur la durée, il offre la possibilité de découvrir sa propre fluidité et de développer sa souplesse.

    MARDI 12H15-13h15 Salle de danse Caviole rue Wilson à Cahors